Kazakhstan

Aksou-Jabagly

Avec une superficie de 2,7 millions de km2 (quatre fois la France), tout semble étrangement démultiplié au Kazakhstan : les steppes infinies recouvrant le centre et le nord du pays, les déserts occidentaux aux paysages science-fictionnesques, les chaînes de montagne des Tian Shan et de l’Altaï flirtant avec les 7 000 m. L’impression d’immensité paraît d’autant plus forte que la population est en comparaison quasi-inexistante : 19 millions d’habitants au total, l’équivalent de 7 habitants par km2.

Après quelques jours plongés dans la fournaise des steppes désertiques, on a soudain besoin de s’évader dans les montagnes vite vite vite. Inutile heureusement de traverser la moitié du pays : deux heures de minibus suffisent pour échapper aux abords étouffants de Chimkent et trouver refuge entre les plis d’Aksou-Jabagly.

Montagnes d'Aksu Jabagly
Plateau et canyon Aksu Zabagly Kazakhstan

Une réserve alpine au milieu des steppes

Posée au sud du massif du Karatau dans les Tien Shan occidentales, la réserve naturelle d’Aksou-Jabagly (ou Aksu-Zhabagly), la plus ancienne du Kazakhstan, abrite ce qui se fait de mieux en matière de faune centre-asiatique : des loups, des ours bruns, des moutons argalis, des bouquetins, des léopards des neiges et plus de 260 espèces d’oiseaux qui, chaque année, attirent des colonies d’ornithologues migrateurs. Fin avril, ceux-ci sont rejoints par des bataillons non moins émerveillés de botanistes, aimantés par les tapis de tulipes sauvages rouge vif qui, au printemps, constellent les prairies.

Début juillet, les tulipes ont déserté les pentes et rien ou presque ne se présente dans l’objectif des jumelles. Aksou-Jabagly redevient un massif alpin parmi d’autres. A peu de chose près : les chevaux courent dans les alpages, l’eau claire des torrents dévale les flancs rocheux, le vent fait frémir les peupliers qui bordent la grande yourte blanche du jardin et Ruslan s’empresse d’accueillir les visiteurs de passage avec un sens de l’hospitalité tout centre-asiatique.

Ruslan Aksu Zabagly
Montagnes Aksou Jabagly
Yourte et maison de Ruslan, Aksu Zabagly

Explorer le parc d’Aksou-Jabagly

Si rejoindre Zhabagly, le village qui sert de porte d’entrée au parc, ne pose pas de difficulté, s’aventurer dans la réserve est en revanche nettement plus compliqué. Un guide local est obligatoire pour parcourir les sentiers, découvrir les canyons ou grimper à l’intérieur de la zone protégée, ce qui rend l’exploration coûteuse.

Posée à la lisière du parc, la maison de Ruslan constitue une excellente base pour randonner à proximité de la réserve sans avoir y pénétrer ; un compromis intéressant, sans compter que l’endroit est idéal pour profiter plus simplement du grand air, dormir sous la yourte, pique-niquer dans les alpages ou passer sa journée à lire à l’ombre des peupliers, la tête posée dans les fleurs.

A l’intérieur de la réserve, l’expédition la plus populaire conduit au canyon Aksu. L’essentiel du tour se fait en jeep, avec quelques arrêts pour contempler le canyon depuis le haut, grimper au milieu des herbes et des genévriers et finir la journée au bord des eaux laiteuses de la rivière, 300 mètres en contrebas. Comptez environ 29 000 tenge pour deux personnes pour une journée (une soixantaine d’euros).

Plusieurs itinéraires de randonnée sillonnent également le parc, avec des treks envisageables sur un ou plusieurs jours, à pied comme à cheval. Toutefois, peu d’infos circulent sur internet et rien ou presque n’est tracé sur Maps.me. La région reste aujourd’hui encore peu visitée, les prix élevés dissuadant sans doute les – rares – voyageurs de s’aventurer trop profondément dans la réserve.

Conseils pratiques pour profiter d’Aksou-Jabagly

Loger à proximité du parc

L’éco-tourisme s’est développé dans la région ces dix dernières années, avec la venue régulière d’ornithologues et de botanistes étrangers. En parallèle, le réseau de pensions et de logements chez l’habitant s’est progressivement structuré.

Deux adresses trustent malgré tout l’essentiel des nuitées : la (ou les) maison(s) de Ruslan et les chambres proposées par Svetlana via le programme communautaire Wild Nature. Ruslan dispose de deux maisons, l’une située dans le village de Jabagly, l’autre dans la montagne à deux pas de l’entrée du parc. Si vous venez à la belle saison, choisissez plutôt cette dernière option. La propriété compte deux ou trois chambres doubles et une yourte dans le jardin. La mère de Ruslan est une excellente cuisinière, capable de réconcilier n’importe quel estomac avec la cuisine locale (prévenez en amont si vous êtes végétarien).

Ruslan comme Svetlana vous aideront par ailleurs à obtenir les autorisations nécessaires pour accéder au parc, et à organiser des excursions avec chauffeur et ranger. Les prix sont détaillés sur leurs sites respectifs (liens donnés plus haut).

Rejoindre/quitter Aksou-Jabagly

  • Transports depuis Chymkent : un minibus quitte Chymkent tous les matins depuis la gare routière Aina en direction de Jabagly (2 heures de trajet environ). Des bus desservent également la ville de Tyulkubas (500 tenge), où vous n’aurez aucun mal à récupérer un taxi partagé pour Jabagly (500 tenge à nouveau). Dernière possibilité : des trains circulent entre Chymkent et Tyulkubas. Si vous choisissez cette option, organisez votre transfert vers Jabagly en amont. La gare de Tyulkubas se trouve en effet à l’extérieur de la ville et très peu de transports collectifs s’y arrêtent.
  • Transports vers Almaty : la meilleure solution est de réserver une couchette dans le train qui quitte Tyulkubas chaque jour en fin d’après-midi (en juillet 2019 : 16 h 30), pour arriver le lendemain matin à Almaty aux alentours de 6 h.

Ruslan pourra vous récupérer à Jabagly ou à la gare de Tyulkubas (ou inversement, vous y conduire). Prévenez le quelques jours en avance.

S’évader dans les montagnes, plan B

Une alternative « petit budget » serait de visiter le parc national de Sayram-Ugam, situé non loin d’Aksou-Jabagly. Peu d’infos précises sur internet : si vous organisez une virée sur place, n’hésitez pas à nous faire un retour !

Aksou-Jabagly, juillet 2019

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.