Japon

Takayama

Takayama (Hida Takayama de son vrai nom) est une petite ville de montagne située dans la préfecture de Gifu, au beau milieu des « Alpes japonaises ».

Un copain japonais à qui je racontais mon voyage avait manqué partir à la renverse à la mention de Takayama, jugeant la destination carrément incongrue (sachant qu’il ne jurait que par Chartres, Rouen ou Lourdes, le type se posait là niveau incongruité).

Placer Takayama sur notre itinéraire n’avait pourtant rien d’hyper audacieux, la ville étant devenue au fil des années l’un des aperçus du Japon rural les plus prisés des visiteurs étrangers – et pas que !

Facile cela dit de comprendre l’engouement suscité par l’ancienne capitale féodale qui, outre ses matsuris de printemps et d’automne, peut se targuer de posséder un patrimoine architectural peu commun.

La maison Yoshijima

La maison Yoshijima fait partie des incontournables pour tous les mordus de design et d’architecture nipponne. Cette machiya (demeure de ville), reconstruite au début du XXe, appartenait jadis à une famille ayant fait fortune dans le saké. Aux espaces de vente publics, installés sous la haute charpente de bois et donnant sur la rue, répond un enchevêtrement de pièces plus intimes dans lesquelles résidait la famille.

Le quartier Sanmachi-suji

Le quartier Sanmachi-suji est certainement l’un des plus fréquentés. Les rues de la vieille ville, ponctuées de maisons de bois/musées, débordent de monde en plein été. Mieux vaut attendre le petit matin pour profiter plus calmement des lieux tandis que les habitants rafraîchissent leur pas de porte à grands coups de seaux d’eau.

Takayama jinya

Ancienne demeure du gouverneur à l’époque Edo. Il suffit de jeter un œil au nombre impressionnant de tatamis dans certaines pièces pour mieux comprendre l’importance des lieux et le pouvoir dont jouissait le bonhomme (la ville était alors sous le contrôle direct des shoguns Tokugawa).

Et oui, l’importance sociale se mesure aussi en nombre de tatamis !

Hida kokubun-ji

Le complexe accueille le plus vieux temple de la ville, de même qu’un gingko millénaire dans les plis duquel s’abrite parfois un jizo.

Et en bonus, pour les lecteurs gourmets et omnivores : Takayama jouit d’un certain prestige dans le monde de la gastronomie en raison de son boeuf, le hida-gyu, reconnu comme l’un des meilleurs de l’archipel !

Voyage effectué en août 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *