Voyage au long cours

 

Ça aurait pu être une année d’enseignement du français en Chine, à Shijiazhuang, Yichang ou Nanjing. Un stage au consulat de France à Shanghaï.

Ça aurait pu aussi prendre la forme d’un PVT (Permis Vacances Travail), au Japon ou à Taïwan.

Ou une expatriation professionnelle classique.

Des projets il y en a eu beaucoup. Lancés, sur le point de se faire et puis.

Et puis les caprices administratifs de l’IEP, le concours d’attaché, l’âge limite en PVT, l’absence d’atomes crochus avec les villes proposées pour enseigner, l’hésitation, les doutes, le soleil, la pluie.

L’idée première était de se poser dans un unique lieu pour plusieurs mois, le temps de s’en imprégner, de créer une routine, d’aller « voir derrière ». Privilégier le temps long. Pourtant quand on avance en duo, les contingences administratives et professionnelles sont parfois des obstacles difficilement surmontables.

Alors le projet a évolué. Vers une itinérance certes, mais une itinérance lente. Un axe : l’Asie. Un objectif : aller chatouiller l’Himalaya. Enfin ses pentes, moins ses cimes.

Décollage le 31 décembre 2018 de Paris Charles de Gaulle pour 11 mois. Arrivée Bangkok, le 1er janvier 2019. Le planning à la mi-décembre, 2 semaines avant le départ :

  • Janvier : Birmanie
  • Février à mi-mars : Vietnam
  • Mi-mars à mi-mai : Chine
  • Mi-mai à fin juin : Kirghizstan, Ouzbékistan, Kazakhstan
  • Juillet à Septembre : Inde himalayenne (Ladakh, Himachal Pradesh)
  • Octobre et Novembre : Népal

Il évoluera à n’en pas douter. Rien que parce que le visa chinois est une calamité à obtenir de l’étranger.

C’est le propre du voyage non ?!

Vous trouverez ci-dessous notre itinéraire en « temps réel » (une couleur par pays).