Birmanie

Ngapali, coquillages et crustacés

Golfe du Bengale : le nom seul a de quoi laisser rêveur. Tempêtes tropicales, jungles profondes, mangroves, tigres sauvages, Empire des Indes… L’imaginaire date un peu mais qu’importe, il conserve un parfum mystérieux. Mer d’Andaman, Océan Indien, Ngapali : nous voilà rendus à la plage, au sud de l’État rakhine, sur la côté ouest de la Birmanie. À quelques centaines de kilomètres de la frontière bangladaise. Ngapali Beach est un des hauts lieux du tourisme balnéaire birman et haute saison oblige, la longue langue de sable blanc est prise d’assaut par les touristes…

Ah non pardon, il n’y a pratiquement personne. Bon et bien tant pis pour nous, on ira se baigner seuls.

Ngapali : la mer, la mer, le ciel, les cocotiers, et le doux bruit des vagues.

Art « crabesque »

Une fois passée la rangée d’hôtels de luxe bordés de bougainvilliers, on retrouve la chaleur populaire des petits villages et les chemins poussiéreux. Simples cahutes de pêcheurs et abris sommaires en bois se succèdent sous les palmiers. Le long de la route, poissons et coquillages sèchent sur de grandes nattes en bambou. On pédale sous un soleil brûlant, faisant de grands signes aux enfants qui ont curieusement tous troqué le traditionnel « hello » contre un amusant « bye bye ».

Au sommet d’une colline, peu après le bourg de Lan Tha, un Bouddha géant – pléonasme birman – surplombe la baie aux eaux turquoises. Le contraste est saisissant entre le monde des resorts coûteux et des plages impeccables laissé derrière nous, et ces villages d’une grande pauvreté résolument tournés vers la pêche bien plus que vers le tourisme. De ce côté-ci le sable, à défaut d’être immaculé, sert surtout de réceptacle aux déchets plastiques des environs – qui auront tôt fait de gagner le large.

On avait pensé l’arrêt à Ngapali comme une simple étape sur la longue route devant nous conduire aux temples de Mrauk U, dans le nord de l’État rakhine. Mais les tensions politiques en ont décidé autrement et deux jours après notre arrivée il faut se rendre à l’évidence : la situation est beaucoup trop tendue pour espérer pousser l’expédition plus avant…

Les affrontements entre l’armée nationale et les mouvements armés régionaux se poursuivent aujourd’hui encore dans plusieurs États du pays : c’est le cas dans l’État rakhine, à l’Ouest, dans l’État shan, à l’Est ou dans l’État kachin, au Nord. Le Myanmar vu par le Ministère des Affaires Étrangères est un immense barbouillage rouge-orangé au milieu duquel l’État rakhine dans sa globalité apparaît « déconseillé sauf raison impérative », voire « formellement déconseillé ». L’AA (Arakanese Army) mène en effet depuis plusieurs années une guérilla contre le gouvernement central, réclamant la mise en place d’une confédération. À cela s’ajoutent, des épisodes fréquents de violences intercommunautaires – largement relayés en Europe et aux États-Unis.

Dans ce grand bordel arakanais, les plages de Ngapali, au Sud, et les temples de Mrauk U, au Nord, faisaient jusque là figures d’exception. On était donc prêt à passer outre les recommandations du MAE jusqu’à ce que l’effondrement d’un pont réduise les possibilités de circulation dans le nord de la région.

Il a alors fallu revoir l’itinéraire et trouver une nouvelle étape facilement accessible par la route – « facilement » n’ayant à peu près aucun sens dans ce coin du pays. Heureusement, on n’a pas été long à échafauder un nouveau plan béton : 18 h de mini bus pour atteindre la ville carrefour de Pyay et filer sur Bagan. 18 h ça passe tout seul quand on maîtrise la pop locale, les séries à l’humour approximatif et les psalmodies bouddhiques !

Ou presque tout seul.


Informations pratiques

  • Accès : le plus simple, évidemment, consiste à prendre l’avion de Yangon à Thandwe, au nord de Ngapali (45 minutes de vol). Mais comme on n’aime pas tellement l’avion, on a préféré sauter dans un bus VIP et partir pour 14 h de trajet de nuit (la nuit est longue en Birmanie). 20 000 kyat par personne et des sièges tout confort.
  • Hébergement : May 18 guesthouse – impeccable et en retrait de la plage.
  • Restaurant : Golden Rose Restaurant, à l’entrée du village. On y mange vraiment bien et la famille qui tient les lieux est adorable.

Et pour aller plus loin : derrière l’aspect idyllique des lieux, les conséquences environnementales désastreuses du développement touristique (l’extraction croissante de sable à des fins de construction menaçant l’équilibre de la région et l’existence même des plages… sur lesquelles repose le tourisme)…

Ngapali, 10 au 12 janvier 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *